Pourquoi les fêtes ne sont-elles pas toutes célébrées à dates fixes?

Certaines fêtes sont célébrées à dates fixes : Noël, l’Assomption, la Toussaint. D’autres connaissent des dates mobiles : Pâques, l’Ascension, la Pentecôte. La difficulté du calendrier liturgique tient en effet à ce qu’il conjugue deux cycles superposés : le temporal et le sanctoral. Le cycle du temporal détermine la succession des temps liturgiques. Il est essentiellement mobile, dans la mesure où il prend appui sur les dimanches. Le cycle du sanctoral, lui, comprend les dates auxquelles l’Église fête les grands événements de la vie du Christ, mais aussi de la Vierge et des saints, en premier lieu les Apôtres et les martyrs. Les fêtes mariales sont apparues dans le calendrier liturgique à partir du IVe siècle, surtout après le Ve siècle et le concile d’Éphèse (431) qui a défini Marie comme Mère de Dieu. Parmi les principales, la solennité de la Mère de Dieu est célébrée actuellement le 1er janvier, huitième jour après Noël. La fête de l’Assomption, le 15 août, est ancienne, même si le dogme en a été défini en 1950. L’Immaculée Conception (8 décembre), a été définie de façon précise en 1854. Neuf mois plus tard, la Nativité de Marie (8 septembre) revêt une grande importance dans les traditions orientales. Enfin, la Visitation de Marie à Élisabeth est célébrée le 31 mai. Au sein du calendrier liturgique, l’Église distingue encore les fêtes universelles, célébrées par l’ensemble du monde catholique, et les fêtes particulières à une ville, un diocèse, un pays, une région du monde ou une famille religieuse. Les jours de l’année sont classés par ordre d’importance décroissante : solennité, fête, mémoire obligatoire, mémoire facultative, férie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site