La démocratie en Afrique



   Il est généralement admis que la démocratie est un mode de gouvernement où le peuple exerce la souveraineté. Pour Abraham Lincoln, la démocratie est « le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple ». Prise dans ce sens, la démocratie s'oppose à tout pouvoir qui n'est pas l'émanation du peuple.

   Dans la véritable démocratie, le détenteur du pouvoir est le peuple appelé souverain primaire. Les citoyens ne pouvant tous exercer cette souveraineté, ils délèguent leur pouvoir à un nombre restreint d'élus qui l'exercent à leur place. Ces personnes sont désignées à travers des élections libres et transparentes. Ainsi, le pouvoir exercé par les élus l'est au nom du peuple qui le lui a temporairement transféré et à qui ils doivent rendre compte.

   Malheureusement, plusieurs pays du Tiers-Monde présentent une démocratie de façade, caricaturée. L'on fait certes parler les urnes mais le résultat n'est pas l'expression de la volonté souveraine du peuple mais plutôt de la puissance du prince. En conséquence, les dirigeants deviennent, au fil du temps, de moins en moins enclins à accepter le contrôle du peuple. La démocratie devenant alors le pouvoir du plus fort, par le plus fort et pour le plus fort. Quelques exemples peuvent être tirés à la volée de l'histoire récente.

   Le cas de la dernière élection présidentielle au Rwanda est éloquent. Dans ce pays, les Hutus, ethnie rivale à celle du Président en place, représentent plus de 75 % de la population. Le fort clivage ethnique préexistant au génocide de triste mémoire y a été exacerbé après ce dernier et tout particulièrement par la domination mono ethnique exercée par l'ethnie minoritaire au pouvoir depuis 1994. Il est inconcevable dans un tel pays que le chef de l'Etat en place puisse gagner les élections avec près de 95 % des suffrages exprimés.

   Dans la démocratie comme dans la dictature, la victoire se prépare. La méthodologie utilisée différencie la victoire de l'une de celle de l'autre. Que s'est-il réellement passé ? Le Président Kagame a d'abord mis en détention préventive durant près de 2 ans son prédécesseur et challenger, Pasteur Bizimungu, il fait recours pour le référendum constitutionnel à des électeurs venant des provinces voisines de la R.D. Congo sous son occupation. Il a instauré un climat de peur dans le chef des électeurs de l'ethnie rivale : dissolution du principal parti adversaire jugé par lui, d'essence ethnique ; arrestation des opposants, enlèvements, intimidations pendant la campagne électorale, interpellations, pour fermer la boucle, bourrage des urnes. La communauté internationale se trouve aujourd'hui devant un plébiscite. Pourrait-on prétendre, au vu de ces résultats, que le peuple rwandais a si massivement porté son choix sur l'homme fort de Kigali ? En réalité, c'est sa main de fer qui l'a maintenu au pouvoir. Sa puissance militaire, financière et sa politique implacable lui ont assuré cette victoire.

   Le candidat du Front patriotique rwandais a obtenu une majorité écrasante, face à son adversaire Faustin TWAGIRAMUNGU qui n'a pu récolter que 3,5 %. Ce dernier a dénoncé l'intimidation et le harcèlement dont ses partisans ont été objet de la part des autorités gouvernementales durant toute la campagne électorale. Ces faits ont été confirmés par des observateurs neutres dépêchés sur place par l'Union Européenne.

   Comme le dirait l'ancien président congolais Pascal Lissouba : « On n'organise pas les élections pour les perdre ».

   L'expérience nous a montré qu'il était plus facile à celui qui est au pouvoir de se faire un résultat qu'à celui qui veut y accéder d'avoir un résultat. Réalité du Tiers-monde !

   Qu'est-ce qu'en fait les élections en Afrique sinon un moyen pratique de légitimation d'un pouvoir spolié et confisqué au peuple ? Après 30 ans de règne sans partage au Togo, le Général-Président Eyadema dont le pouvoir a été marqué par des violations massives des droits de l'homme et des assassinats politiques, a été réélu à la tête du pays le 1er juin dernier avec 57 % des suffrages. Ce scrutin, comme on peut s'en douter, a été entaché par de nombreuses irrégularités.

   Les hommes forts d'Afrique utilisent presque la même méthode pour se faire des résultats aux présidentielles. Quatre mois avant ces élections, soit au mois de février 2003, le Président togolais, par l'entremise de ses services, avait procédé à de nombreuses intimidations et arrestations parmi les membres de l'opposition. Marc Palanga et Mazama Takasa tous deux membres d'UFC ont été arbitrairement détenus et ont subi des tortures. Certains candidats ont même été empêchés de se présenter devant les électeurs. C'est le cas notamment de Gilles Christ Olympio. Pendant la compagne présidentielle, les candidats de l'opposition ont connu plusieurs entraves qui les ont empêchés soit de circuler librement sur toute l'étendue du territoire soit d'organiser des réunions politiques. Le RPT, parti du Président Eyadema, a monopolisé les médias publics en violant les dispositions légales qui garantissaient indistinctement aux candidats l'accès libre et égal aux médias de l'Etat.

   Tout est mis en œuvre pour consacrer le pouvoir du plus fort, par le plus fort et pour le plus fort qui ne ménage aucun effort pour asseoir son autorité en République Démocratique du Congo, l'ancien Président Mobutu a eu recours à l'épuration ethnique ou la traque dans une province donnée des citoyens non-originaires en vue de les empêcher d'exprimer leur opinion.

   L'instauration d'un climat d'émeutes pour intimider les populations d'une région peu favorable au régime en place de voter massivement, l'élimination par des moyens législatifs des adversaires aux origines douteuses, les violations des libertés publiques et l'arrestation des adversaires politiques, la confiscation, pour sa compagne, des médias et des finances publiques par le candidat sortant, référendum et recensement truqués … Ce sont là les ressources stratégiques dont se servent les dictateurs africains aux allures de démocrates.

   Le pouvoir sensé revenir au peuple lui est arraché par ceux qui détiennent les moyens de contrainte : la force publique (armée, police), les finances de l'état (achat des consciences) et l'intelligence. Ces derniers confisquent la " souveraineté " populaire, désignent les animateurs des divers échelons du pouvoir. Il va de soi que ces derniers exerceront ce pouvoir sans entrave aux intérêts de leurs bienfaiteurs. Le peuple dans tout cela n'y trouvera aucun compte. Sa souveraineté primaire n'est plus qu'escroquerie. Il n'a pas délégué les animateurs et ceux-ci ne lui rendent pas compte. Le peuple n'a en sa main aucun moyen de contrôle ou de contrainte.

   Dans un pays où le pouvoir a été pris par les armes (coup d'état, révolution, …), l'autorité suprême se maintient au pouvoir en truquant la forme des élections et leurs résultats, le peuple est impuissant. Celui qui est au pouvoir n'a aucune envie d'être contrôlé par le peuple. Il n'acceptera pas les critiques fussent-elles constructives. Il va élaborer des théories sur la démocratie en vue de légitimer son pouvoir. Le Président Mobutu comme tant d'autres a créé un parti unique qui était national et obligatoire pour tout citoyen. Il a déclaré en 1990 : " Il y a des gens qui en veulent à mon fauteuil ". Il trouvait si évident que le pouvoir lui revenait de droit presque divin. Il était sien et aucune personne, même choisie par le peuple, ne pouvait convoiter " son fauteuil ".

   Si le Président Laurent Désiré Kabila avait été élu Président de la République par le peuple, il ne pouvait aucun jour prétendre remettre son pouvoir au peuple. Pour lui, le pouvoir avait été confisqué par Joseph Désiré Mobutu. Kabila l'a récupéré pour son compte, puis prétendre le remettre au peuple à travers les CPP, comités de pouvoir populaire. LD Kabila dira à l'installation des CPP : « Je vous remets le pouvoir à travers les CPP … Organisez-vous … ». Un homme peut-il prétendre remettre le pouvoir au peuple de qui doit émaner tout pouvoir ou c'est le peuple qui doit donner le pouvoir à un élu ? Au cas où un homme remettrait le pouvoir au peuple, il démissionnerait de son poste en vue de laisser à ce peuple la latitude, non seulement de s'organiser pour mieux exercer le pouvoir, mais la faculté de se choisir aussi ses nouveaux dirigeants.

   A propos des CPP de Kabila, après avoir prétendument remis le pouvoir au peuple, le même “remetteur” de ce pouvoir s'est réservé le droit d'en choisir les animateurs au sommet. A leur tour, ces animateurs ont nommé les dirigeants provinciaux voire urbains et de district. Le peuple, comme avant, est exclu de l'exercice du pouvoir.

   Les dictatures actuelles cherchent à se faire passer pour des démocraties. Elles savent que pour durer au pouvoir sans être inquiété et pour exploiter la population dans l'impunité qu'un vernis de démocratie ferait toujours l'affaire. C'est pourquoi loin d'être totalitaire, elle ne cherche pas à obtenir l'adhésion de tous les citoyens ; il s'agit en fait de ce que certains appellent “la démocrature”. Dans la démocrature, tout ou presque, est équilibré : atteintes aux libertés, répressions dosées, voire gratification en biens matériels pour inhiber des soulèvements et des rejets en bloc. En Afrique actuellement la démocrature est plus à la mode que la démocratie. Cette démocrature est appelée par d'autres “la démon -cratie” qui est le pouvoir des démons par les démons et pour les démons.

   Le pouvoir des plus forts… En République Démocratique du Congo, prétendant combattre la dictature de Laurent - Désiré Kabila, une rébellion fut déclenchée en août 1998, à l'Est de ce pays, rébellion menée par le Rassemblement congolais pour la Démocratie. Quelques temps après, une autre rébellion entra en danse, le Mouvement pour la Libération du Congo, puis d'autres petits mouvements rebelles virent le jour. Chose qui étonne, ces mouvements qui prétendent se battre pour l'instauration d'un Etat de droit, excellèrent dans les violations des droits de l'homme dans les territoires sous leur contrôle. La recherche de la démocratie était devenue le cadet de leurs préoccupations, il fallait à tout prix faire usage de la force pour accéder au pouvoir. Ce que sanctionna les accords de Sun-City. Puisque chacune des parties s'estimait forte et puissante, on avait plongé le pays dans une guerre meurtrière et dévastatrice pour le peuple. Au bout de leur souffle, les parties décidèrent de négocier la paix et la répartition du pouvoir qui aboutit à un gouvernement issu des négociations. Quel intérêt ce gouvernement va-t-il défendre ? Tout compte fait, pas celui du peuple car chacun sachant qui l'a placé à tel poste, à qu'il rendra des comptes. C'est cette personne qui pourra éventuellement décider de son maintien ou de son éviction. La démocratie, loin d'être seulement le pouvoir des plus forts par les plus forts et pour les plus forts, devient alors le pouvoir des gouvernants par les gouvernants et pour les gouvernants…ou comme le dirait le citoyen moyen, le gouvernement des démons par les démons et pour les démons.

   Cette réalité congolaise est aussi ivoirienne et de plusieurs pays africains dans lesquels le peuple ne s'est pas choisi ses représentants.

   Le pouvoir des gouvernants, par les gouvernants et pour les gouvernants ! La souveraineté, le pouvoir suprême devient l'émanation de ceux qui se sont imposés au pouvoir. Ceux-ci, pour mieux exercer ce pouvoir choisissent les gens qui doivent les aider à gouverner, à qui ils délèguent une portion de leur pouvoir. La démocratie devient alors le gouvernement où les plus forts exercent la souveraineté… ce qui a fait dire à Mgr Marini Bodho, Président coopté du Sénat congolais à l'occasion de l'ouverture de la session extraordinaire du Sénat, le 22 août 2003 : « Cet holocauste de plus de 3.500.000 morts immolés sur l'autel de nos intérêts égoïstes et qui nous valent d'être là, aux différents postes que beaucoup d'entre-nous occupent ».

  Comment gagner les élections “démocratiquement” en Afrique ?

   En pointant le canon aux électeurs, en muselant une presse très bruyante et pauvre, en laissant rêver les opposants et contrecarrer leur action, en invitant et laisser faire les observateurs internationaux qui, malgré leurs rapports négatifs, n'empêcheront pas les Présidents de leurs pays de prendre acte des “résultats”.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site