La Bible : les livres historiques

 

       Dans le christianisme, les Livres historiques de l'Ancien Testament correspondent à un sous-ensemble des Livres de l'Ancien Testament.

   Les livres historiques sont des livres situés après le pentateuque et qui relate la découverte de Dieu à travers une histoire concrète. Ils rappellent essentiellement l'installation du peuple Hébreux en Palestine, l'avénémént de la royauté en Israël Ils parlent aussi des rapports du peuple d'Israël avec Dieu et font comprendre le sens des réussites et des échecs toujours centrés sur les deux grandes figures (Abraham et Moise). Ce sont :

 Josué : Le livre de Josué est le premier livre des Prophètes pour la tradition juive et le sixième livre de l'Ancien Testament chrétien. Il fait suite au Pentateuque, qui se terminait à la mort de Moïse aux portes du pays de Canaan, et relate la conquête du pays promis sous la direction de Josué. Ce livre porte son nom parce qu'il en est le personnage principal, (il n'est pas l'auteur).

Juges : Le Livre des Juges est l'un des livres de la Bible. Il raconte la période de l'histoire des Hébreux entre la conquête du Pays de Canaan (rapportée dans le livre de Josué) et l'apparition de la royauté. À cette époque (vers -1150--1130), le pouvoir est exercé par les Juges. C'est sous la pression d'un danger précis et sur un mode plutôt défensif que les tribus d'Israël mettent à leur tête un chef : c'est l'époque des Juges.

Ruth : Le livre de Ruth est un livre de la Bible hébraïque, classé parmi les livres historiques de l'Ancien Testament chrétien, et parmi les livres des écrits dans la tradition juive. L'histoire de Ruth se déroule à l'époque où les Juges dirigeaient le peuple d'Israël. Il s'agit de montrer comment une femme étrangère est non seulement entrée dans le peuple d'Israël mais est devenue l'ancêtre du Roi David. Le récit met l'accent sur la loyauté exemplaire de la Moabite Ruth, vis-à-vis de sa belle-famille comme de YHWH.

 Les livres de Samuel : Le premier livre de Samuel est un livre des Prophètes de la tradition juive et de l'Ancien Testament chrétien. Le livre est consacré à la vie de Samuel, consacré à Dieu par sa mère Hannah, et au règne tragique du premier roi d'Israël, Saül, choisi et oint par Samuel. Le deuxième livre de Samuel est un livre classé parmi les Prophètes de la tradition juive et dans l'Ancien Testament chrétien. Il est entièrement consacré au règne de David qui unifie les tribus d'Israël et choisit Jérusalem pour y déposer l'Arche sainte. L'épisode fameux de David et Bethsabée figure au chapitre 11.

Les livres des Rois : Les deux livres des Rois racontent l'histoire d'Israël depuis la rébellion d'Adonija, quatrième fils du roi David (vers 1015 av. J.-C.) jusqu'à la captivité finale de Juda (vers 586 av. J.-C.) Ils contiennent toute l'histoire du royaume du nord (les dix tribus d'Israël) depuis la séparation d'Israël en deux royaumes jusqu'à sa déportation par les Assyriens dans les régions du nord.

Les livres des Chroniques : 1 et 2 Chroniques contiennent une brève histoire des événements depuis la Création jusqu'à la proclamation de Cyrus qui permit aux Juifs de retourner à Jérusalem.

Esdras : Le livre d'Esdras (ou Ezra) est un livre de l'Ancien Testament.

 Néhémie : Le livre de Néhémie est un livre de l'Ancien Testament. Il est appelé ainsi dans les canons hébraïque et protestant et correspond à II Esdras dans le canon catholique. Le livre de Néhémie raconte les progrès et les difficultés de l'œuvre à Jérusalem après le retour des Juifs de la captivité babylonienne.

 Tobie : Le livre de Tobie est un livre de l'Ancien Testament qui raconte l'histoire d'un Judéen nommé Tobit, devenu aveugle après avoir reçu de la fiente d'oiseau dans les yeux, qui est déporté à Ninive et qui envoie son fils Tobie recouvrer une dette en Médie. Rédigé initialement en hébreu ou araméen, le texte original a été perdu. Ce livre ne figure pas au canon des écritures hébraïques. Il figure dans la Septante et la Vulgate et dans le canon deutérocanonique catholique

Judith : Le livre de Judith est un livre deutérocanonique de la Bible. Il relate comment la belle et encore jeune veuve Judith, écarte la menace d’une invasion assyrienne en décapitant le général ennemi Holopherne, et restaure du même coup la foi du peuple juif en la puissance salvatrice de son Dieu. Contenant des incohérences historiques et géographiques, ce texte est généralement considéré comme un roman pieux et patriotique, mais l’Église catholique qui l’a admis dans le Canon lui attribue plus de valeur historique que les courants juifs ou protestants[]. Il en existe trois versions en grec dans lesquelles on distingue la trace linguistique de l’original hébreu, plusieurs versions latines dont celle de la Vulgate - « hâtivement traduite » de l’araméen selon l’aveu de saint Jérôme - et plusieurs versions tardives en hébreu, dont une dans laquelle l’ennemi est séleucide et non assyrien[].

 Esther : Le livre d'Esther est un livre de la Bible hébraïque, ou Tanakh, repris parmi les Livres historiques de l'Ancien Testament. Dans la tradition juive, il se présente sous la forme d'un rouleau de parchemin (Meguilat Esther) et est lu tous les ans lors de la fête de Pourim.

 Les livres des Maccabées : Les Maccabées, Macabées ou Macchabées sont une famille juive qui mena la résistance contre la politique d’hellénisation forcée pratiquée par les Séleucides au IIe siècle av. J.-C. Ils fondèrent la dynastie des Hasmonéens. Le surnom de « Maccabée » est celui de Judas, troisième fils du prêtre Mattathias. L'étymologie en est controversée. Plusieurs explications ont été proposées pour ce surnom. Une proposition est qu'il vient du mot araméen maqqaba, qui signifie « marteau », allusion à sa force dans les batailles. Il peut aussi s’agir de l’acronyme MaKaBi formé des premières lettres du verset biblique: « Qui est comme Toi entre les dieux, Seigneur ».

   Saint Jérôme, un Père de l'Église qui a placé la Bible au centre de sa vie : il l'a traduite en langue latine, il l'a commentée dans ses œuvres, et il s'est surtout engagé à la vivre concrètement au cours de sa longue vie.(Citation de Benoît XVI - audience générale du 7 novembre 2007) 

 

 

comme tu es bon d'accueillir ainsi nos pauvres offrandes, de prendre nos vies et de les présenter à ton Père,
en même temps que l'offrande de toi même,
la seule qui plaise à ton Père.
que mon service aujourd'hui me rappelle, Seigneur, que j'ai chaque jour l'offrande de moi- même à te présenter.
                                                                                                                 Amen

 

 

Message du Pape jean Paul II

Votre engagement auprès de l'autel n'est pas seulement un devoir, mais un grand honneur, un authentique service saint. A propos de ce service, je désire vous soumettre quelques réflexions. Le servant d'autel occupe une place privilégiée dans les célébrations liturgiques. Qui sert la Messe se présente à une communauté. Il sent, de près, que Jésus-Christ est présent et agissant dans tout acte liturgique. Jésus est présent quand la communauté se réunit pour prier et rendre gloire à Dieu. Jésus est présent dans la Parole des Saintes Ecritures. Jésus est présent surtout dans l'Eucharistie sous le double signe du pain et du vin. Il agit à travers le prêtre qui, in persona Christi, célèbre la Messe et administre les Sacrements.

Dès lors, au cours de la liturgie, vous êtes beaucoup plus que de simples "assistants du curé". Vous êtes surtout des serviteurs de Jésus-Christ, de l'éternel Grand- Prêtre. Ainsi, vous, servants d'autel, êtes appelés en particulier à être de jeunes amis de Jésus. Engagez-vous à approfondir et à cultiver cette amitié avec Lui. En Jésus, vous découvrirez un véritable ami pour la vie.(…)

    J'ai parlé de l'amitié avec Jésus. Comme je serais content si de cette amitié naissait quelque chose de plus! Comme il serait beau que certains d'entre vous puissent découvrir la vocation sacerdotale! Jésus-Christ a un besoin urgent de jeunes qui se mettent à sa disposition avec générosité et sans réserve. En outre, le Seigneur ne pourrait-il pas appeler l'une ou l'autre d'entre vous, jeunes filles, à embrasser la vie consacrée pour servir l'Eglise et vos frères? Et pour ceux qui voudront se marier aussi, le service de l'autel enseigne qu'une union authentique doit toujours inclure la disponibilité au service réciproque et gratuit.

                                                                                  Jean Paul II Audience Générale, le 1er Août 2001.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×